Tout savoir sur l'emploi des huiles essentielles - 2/2

Tout savoir sur l'emploi des huiles essentielles - 2/2 Suite de notre dossier consacré à l'utilisation des huiles essentielles. Les huiles essentielles s’utilisent en diffusion atmosphérique, en inhalation, en application cutanée ou en usage interne.

Modes d’utilisation en aromathérapie

Les huiles essentielles s’utilisent en diffusion atmosphérique, en inhalation, en application cutanée ou en usage interne. Elles pénètrent rapidement dans les tissus par toutes ces portes d’entrée. Les constituants des huiles essentielles peuvent être captés par les récepteurs olfactifs (nez) ou agir sur l’organisme par passage sanguin. Le choix du mode d’utilisation dépendra de l'effet recherché et des caractéristiques de l'huile essentielle tant en propriétés qu’en précautions et des caractéristiques de la personne. Certaines huiles essentielles ne conviennent pas à un usage interne ou à une application cutanée ou à une voie atmosphérique ou à une inhalation. La voie orale est une voie qui présente des toxicités parfois majeures, il est donc recommandé d’éviter cette voie hors avis d’un professionnel de la santé (médecin, pharmacien, etc.). La voie cutanée diluée (mélanger l’huile essentielle avec une huile végétale avant toute application) est une voie d’absorption qui permet de se soigner car les huiles essentielles passent rapidement dans le sang après leur application. Cette voie permet également une approche "bien-être" ou une action locale. Elle doit être mise en avant car elle ne présente pas de toxicité majeure si l’huile essentielle est bien tolérée sur la peau. Elle convient aussi bien aux adultes et aux enfants.

Par application cutanée, diluées dans de l’huile végétale

La voie cutanée est la principale voie à utiliser aussi bien pour le plaisir que pour se soigner. Avant toute application sur la peau, il faut diluer les huiles essentielles dans une huile végétale. Du fait de leur solubilité dans les corps gras, le passage transcutané des huiles essentielles est rapide. On choisira les zones d’application en fonction des troubles, mais aussi de la facilité d’application et d’un choix olfactif (le thorax, les cuisses, les mollets, les articulations, les avant-bras, paumes des mains, plantes des pieds, etc.) selon le besoin. Les zones fines et très vascularisées de la peau (poignets, plis des genoux et des coudes, avant-bras) permettent une pénétration rapide des huiles essentielles. Le support doit être neutre, il faut privilégier les huiles végétales alimentaires et cosmétiques. Les huiles essentielles présentent un rôle de promoteur d’absorption et favorisent ainsi la pénétration dans le sang de substances qui se trouvent dans le même produit  qu’elles. Cela n’est pas forcément recommandé. Il faut éviter d’associer des huiles essentielles avec des supports non prévus à cet effet (crèmes cosmétiques, laits, gels non neutres, gels ou crèmes thérapeutiques). Certaines huiles essentielles peuvent s’appliquer pures sur la peau, en friction, dans les situations d’urgence ou dans des cas tout à fait exceptionnels (brûlures, piqûres, etc.). En règle générale  pour effectuer un  massage ou application cutanée, les huiles essentielles seront diluées dans une huile végétale : stress, circulation, cellulite, douleurs, contractures musculaires, infections diverses (ORL, broncho-pulmonaires, cutanées, etc.), troubles neuro-végétatifs, troubles digestifs, cosmétique, bien-être, etc. Les propriétés des huiles végétales peuvent être valorisées en synergie avec celles des huiles essentielles. Les pourcentages de dilution doivent se situer entre 0,5 % (cosmétique) et 20 à 30 % (thérapie).

Par diffusion atmosphérique

De nombreuses propriétés sont retenues pour les huiles essentielles utilisées par voie atmosphérique :
  • Aseptiser l’atmosphère
  • Parfumer un lieu de vie
  • Repousser les insectes
  • Désodoriser un local
  • Relaxer, détendre une personne
  • Favoriser le sommeil
  • Stimuler ou favoriser la vigilance
Cette voie ne présente pas de toxicité, mais peut devenir agressive pour les muqueuses (yeux, nez…) si le choix des huiles essentielles n’est pas judicieux ou si le temps de diffusion n'est pas respecté. De même, elle n’est pas contre-indiquée en présence d’une femme enceinte, d’un jeune enfant… mais le choix de l’huile essentielle doit être pertinent.

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Avec un diffuseur électrique

Les huiles essentielles sont propulsées en fin brouillard par un jet d’air sec et on parle alors d’ "effet Venturi".C’est l’appareil le plus adapté à tous les types de diffusion et pouvant être utilisé en collectivité. Certaines huiles essentielles peuvent être irritantes ou entêtantes par ce type de diffusion. Pour aseptiser l’air d’une pièce, pour désodoriser, favoriser le sommeil. La diffusion atmosphérique se fait de façon discontinue à raison d’environ 15 à 20 minutes, 2 à 3 fois par jour dans une pièce qui doit alors être inoccupée. Dans certains cas, comme par exemple dans une chambre d’enfant ou une chambre d’hôpital, quelques minutes suffisent. Après la diffusion, les huiles essentielles sont en suspension dans l’atmosphère. Dans une démarche olfactive de plaisir, pour maintenir une asepsie, pour parfumer… les diffuseurs électriques de type "galet" ou "brumisateur" sont recommandés. La quantité d’huile essentielle en suspension dans l’atmosphère est moindre. Ces diffuseurs ne présentent pas de précautions particulières. Toutefois, ils seront moins efficaces lors d’une épidémie de grippe pour assainir la maison ou pour désodoriser un local.

Par inhalation

Inhalation humide
Les huiles essentielles sont entraînées par la vapeur d’eau et inspirées. Elles pénètrent donc dans les poumons en suivant le trajet de l’air. L’action est surtout locale mais permet aussi une pénétration sanguine grâce à la muqueuse nasale. Les huiles essentielles pénètrent ainsi dans tout l’organisme mais à faible dose. C’est le plus souvent une voie complémentaire aux autres voies d’utilisation des huiles essentielles. Les inhalations humides permettent :
  • De faciliter la respiration
  • De calmer l’inflammation des muqueuses nasales et bronchiques
  • De gérer un stress
  • De nettoyer la peau ou d’apporter un effet "coup d’éclat" en cosmétique (sauna facial)
Il suffit de remplir un grand bol ou un inhalateur d’eau bouillante, d’ajouter 2 à 3 gouttes d’huile essentielle et de mettre le nez ou le visage au-dessus du bol, de fermer les yeux et d’inspirer ou rester en contact avec la vapeur d’eau pendant 5 à 10 minutes. Attention à ne pas se brûler le visage. Les inhalations humides sont déconseillées chez l’enfant de moins de 12 ans, chez l’asthmatique et pour toute personne ayant des troubles cutanés au niveau du visage (couperose, irritation, hyperréactivité cutanée…) Une inhalation humide se fait de préférence le soir, ou au moins une heure avant toute sortie à l’extérieur.
Inhalation sèche
Une stimulation des récepteurs olfactifs permet la transmission de l’information au niveau du système nerveux (stress, anxiété…). En cas de troubles ORL, il est possible d’assainir l’entrée des voies respiratoires. Dans tous les cas, il suffit de déposer 2 à 3 gouttes d’huile essentielle sur un mouchoir, le porter devant le nez et respirer. Ne pas hésiter à répéter ce geste plusieurs fois par jour. Adultes, femme enceinte, femme allaitante, enfants (jeunes enfants) … peuvent  utiliser cette voie. Attention tout de même si vous êtes allergique aux huiles essentielles !!!

Par voie orale

Cette voie doit être réservée à l'adulte, sauf rares exceptions, et reste d’un usage exceptionnel. La voie cutanée peut s’y substituer dans bien des cas. Elle est utilisée lors de troubles digestifs, d’infections respiratoires, urinaires ou pour tout autre pathologie sur décision d’un professionnel de la santé. En moyenne, il ne faut  pas ingérer plus de 3 à 6 gouttes d’huile essentielle par jour pour un adulte, sur 2 à 7 jours selon les troubles. Pour toute huile essentielle présentant une toxicité et/ou une précaution d’emploi particulière, ne pas dépasser 1 à 3 gouttes d’huile essentielle par jour pour un adulte. Pour les essences ou huiles essentielles Citrus sp/zeste, il est possible d’atteindre la dose de de 6 à 9 gouttes par jour pour un adulte. En cas d’ulcère gastro-duodénal et de gastrites aiguës ou chroniques, de reflux gastro-œsophagiens, d’irritation du côlon, la voie orale est contre-indiquée. L’utilisation par voie orale pure (sur un sucre, un comprimé neutre, de la mie de pain ou du miel) est possible pour les essences ou les huiles essentielle extraites des zestes d’agrumes (citronnier, mandarinier, oranger doux…) ou pour l’huile essentielle de menthe poivrée lors de troubles hépato-digestifs principalement. La voie orale diluée est proposée lors d’infections. Les gouttes d’huiles essentielles sont diluées dans une demi-cuillère à café d’huile végétale alimentaire et ingérées directement. Dans tous les cas, il est impératif de bien contrôler la dose à ingérer par 24 heures.
  • Une goutte d’huile essentielle pèse environ 40-45 mg
  • Un millilitre d’huile essentielle correspond à environ 15 gouttes d’huile essentielle

Conclusion

Il est très facile d’utiliser les huiles essentielles pour se faire plaisir ou traiter des troubles bénins en utilisant des pratiques simples et sans danger (soigner un rhume, assainir l'air de la maison, proposer un massage avec des huiles essentielles, réaliser sa cosmétique pour le visage...). Pour cela quelques points de repère sont indispensables. Il ne faut donc pas hésiter à se renseigner en cas de doute auprès d'un professionnel, à se munir d'ouvrages sérieux ou à se former en assistant à des stages ou des conférences. Il est plus prudent de consulter pour un usage thérapeutique spécifique ou si le traitement par automédication ne fait pas régresser les troubles dans les deux à trois premiers jours du traitement.

© 2019 RevelEssence Aromathérapie, une marque des Laboratoire Revelessence - Production Market Academy