Comment choisir une huile essentielle de qualité ?

choisir-huile-essentielle

En premier lieu, privilégiez la qualité biologique ! Une huile essentielle est un concentré de plantes, il est donc préférable de ne pas respirer ou se mettre sur la peau des concentrés de plantes arrosées de pesticides. Mais ce seul critère ne suffit pas !

Les garanties

Pour avoir la garantie d’une huile essentielle de qualité, certaines indications doivent impérativement figurer sur l’étiquette du flacon en verre teinté (les huiles essentielles sont en effet sensibles à la lumière) :

  • le nom courant de la plante : sa dénomination botanique en français
  • la dénomination botanique en latin
  • les molécules principales
  • le chémotype* (ct) s’il existe
  • la partie utilisée : feuille, bois, semence, fruit, fleur, aiguille, rhizome, baie, sommité fleurie, zeste, plante fleurie, rameau, résine, clou
  • Le mode d’obtention (distillation à la vapeur d’eau, expression à froid)
  • la provenance : origine géographique
  • le mode de culture (biologique, conventionnelle ou récolte sauvage)
  • l’indication « 100% pure et naturelle »
  • la DLUO, date limite d’utilisation optimale
  • le numéro de lot (pour la traçabilité)

Les sigles

Ce ne sont pas des normes officielles mais uniquement des dénominations commerciales.

Le sigle le plus courant est « HEBBD » qui signifie « huile essentielle botaniquement et biochimiquement définie ».

Il existe d’autres sigles :

  • « HEPTC » pour « huile essentielle pure et totale chémotypée »
  • « HECT » pour « huile essentielle chémotypée »

Ces sigles ne garantissent en aucun cas que l’huile essentielle est produite dans le cadre de l’agriculture biologique.

*Le chémotype

« C’est la référence qui indique quel est le composant distinctif d’une huile essentielle. Il permet de distinguer des huiles essentielles de la même espèce botanique mais n’ayant pas la même composition chimique. »

« Le romarin officinal, par exemple, peut produire trois huiles essentielles de chémotypes différents (selon la région dans laquelle il a poussé), qui présentent des compositions chimiques et des propriétés différentes :

  • L’huile essentielle de romarin officinal à cinéole Rosmarinus officinalis ct 1-8 cinéole (Tunisie, Maroc)
  • L’huile essentielle de romarin officinal à camphre Rosmarinus officinalis ct camphre (Portugal, Espagne, France/Provence)
  • L’huile essentielle de romarin officinal à verbénone Rosmarinus officinalis ct verbénone, acétate de bornyle (France/Corse).

La notion de chémotype ne s’applique pas à toutes les huiles essentielles.»

Fabienne Millet, Le grand guide des huiles essentielles

Charte d'utilisation des commentaires

Le blog de Revelessence est un espace ouvert à tous les savoirs et à toutes les questions des passionnés d'Aromathérapie Biologique et, plus généralement, des trésors de la nature que cultivent les hommes. Par conséquent, nous avons pris le parti de modérer cet espace après la mise en ligne des messages des utilisateurs pour leur laisser toute liberté.

Nous ne pouvons nous considérer comme propriétaires des messages des contributeurs qui peuvent d'ailleurs les retirer tout aussi facilement à leur demande.

Toutefois, nous entendons respecter des règles élémentaires de respect des personnes et des lois en vigueur. Ces règles d'utilisations sont exposées dans notre Charte d'utilisation (accessible en cliquant sur ce lien) que vous devez accepter en en tant qu'utilisateur du site revelessence.com.

Répondre

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.