Chaleur et réconfort !

Huile essentielle gaulthérie couchée : ses caractéristiques *

Olfaction

Ses notes camphrées, profondes et intenses, voire épicées peuvent incommoder. L’huile essentielle de gaulthérie couchée ne doit pas être utilisée en diffusion.
Elle est utilisée en note de fond pour de nombreux parfums.

Propriétés

  • Analgésique,
  • Anti-inflammatoire,
  • Antalgique,
  • Rubéfiante (chauffante), décontracturante musculaire
  • Spasmodique.

« Effet chauffant : l’huile essentielle de gaulthérie induit une dilatation des vaisseaux et devient rubéfiante quand la teneur est comprise entre 10 et 30%. » Du bon usage de l’aromathérapie, Jacques Fleurentin. Le conseil d’un expert : « c’est un remarquable anti-inflammatoire très apprécié des sportifs, et son odeur caractéristique du salicylate de méthyle, évoque immédiatement les lotions et baumes utilisés sur les lieux d’entraînement. » Jean-Philippe Zahalka, Dictionnaire complet d’aromathérapie

Indications

Douleurs musculaires : crampes, contractures, lumbago
Douleurs articulaires : rhumatismes, arthrite
Tendinite, sciatique, entraînement du sportif : avant, pendant et après l’effort

Précautions d’emplois particulières

Réservée à l’adulte, elle ne doit pas être utilisée chez les personnes allergiques aux salicylés ou sous traitements anticoagulants, présentant un ulcère gastroduodénal, une gastrite, une hernie hiatale ou ayant des antécédents allergiques (eczéma, asthme…), un déficit en G6PD, devant subir une intervention chirurgicale, présentant un syndrome hémorragique ou atteint d’hémophilie.

Irritante (dermocaustique) à l’état pur, il est recommandé de l’utiliser par voie cutanée diluée. La dilution maximale est de 20 à 25%.
« la diluer à 25%, (soit 2 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie couchée pour 8 gouttes d’huile végétale adoucissante (macérât de calendula) ou anti-inflammatoire (macérât de millepertuis). » Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy.
Consulter les précautions d’emploi générales

Huile essentielle de Gaultherie

Botanique

Description

Originaire de Chine, la gaulthérie couchée est un sous arbrisseau rampant de 15 cm de haut, au port dense qui appartient à la même famille que les bruyères.

Cette plante affectionne les bois ainsi que les marais acides et sablonneux. Les feuilles vernissées, aromatiques et persistantes, d’un bleu vert brillant virent au rouge sous l’effet du froid. Les fleurs blanc crème ou blanc rosé, en forme de clochettes, s’épanouissent du printemps à l’automne et sont pollinisées par les bourdons et les colibris. À la fin de l’été, les petits fruits rouge écarlate, à l’arôme intense, font le délice des oiseaux, des cerfs, des ours et des écureuils.

Partie utilisée

Feuilles

Famille botanique

Ericacées

Origine

Asie

Obtention

Distillation à la vapeur d’eau – « son obtention demande un travail en deux temps : la plante fraîche est tout d’abord plongée dans une chaude pendant une dizaine d’heures afin de provoquer une fermentation enzymatique (à l’état naturel, les feuilles n’ont pas d’odeur). Puis les feuilles sont distillées pendant 5 à 6 heures… en fait, c’est la macération qui fait se dégager cette odeur caractéristique. » Mes 12 huiles essentielles pour tout soigner, J. Le Guehennec, G. Gérault, J.C. Sommerard

Soyons clairs

Gaultheria procumbens (gaulthérie couchée) et gaultheria fragrantissima (gaulthérie odorante) ont les mêmes propriétés et donc les mêmes précautions ; leurs noms diffèrent à cause de la provenance : la gaulthérie odorante est originaire du Népal, la gaulthérie couchée, de Chine.

Histoire

Etymologie

La plante tire son nom de Jean-François Gaulthier (1708-1756), botaniste, écrivain et médecin français du roi au Canada, qui contribua à populariser certaines espèces végétales dont la gaulthérie qu’il fit connaître à Linné, autre botaniste très réputé.

Petite & grande histoire

Tour à tour appelée thé du Canada, thé des bois, thé des montagnes, « wintergreen » indien, palommier, gaulthérie orientale, thé de terre Neuve, elle fut utilisée dans la médecine ancestrale des Amérindiens contre la fièvre et la douleur. Les Inuits faisaient infuser les feuilles pour les inflammations quelles qu’en fut l’origine. Le « thé du Canada », aujourd’hui, est une décoction de feuilles de gaulthérie à boire ou à utiliser en gargarismes.

« Les sorciers amérindiens prescrivaient des infusions de gaulthérie contre la fièvre. Sans le savoir, ils ont utilisé, bien avant l’heure, l’aspirine sous forme naturelle. L’aspirine (acide acétylsalicylique) donne le même métabolite secondaire que le salicylate de méthyle de la gaulthérie, à savoir l’acide salicylique. Une publication scientifique précise que 1 g d’huile essentielle de gaulthérie possède une action pharmacologique identique à 1,4 g d’aspirine ! Ne perdons pas de vue qu’un grand nombre de médicaments trouvent leur origine dans la nature et non pas dans l’invention de toutes pièces par l’homme. » Aromathérapie, D. Baudoux

Particularités

Rendement

150 kg de feuilles permettent d’obtenir environ 1 kg d’huile essentielle.

Constituants responsables des principales propriétés

  • L’huile essentielle de gaulthérie couchée est constituée majoritairement de salicylate de méthyle (> à 98%).

Recettes d’aromathérapie

Reprendre celles de l’huile essentielle de gaulthérie odorante

(*) SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES :
– Le grand guide des huiles essentielles, Fabienne Millet
– Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy, nouvelle édition 2018
– Dictionnaire complet d’aromathérapie, Jean-Philippe Zahalka
– Aromathérapie, Dominique Baudoux
– Du bon usage de l’aromathérapie, Jacques Fleurentin
– Mes 12 huiles essentielles pour tout soigner, J. Le Guehennec, G. Gérault, J.C. Sommerard
– Le guide de l’olfactothérapie de G.Gérault, JC Sommerard, C.Béhar, R. Mary

Abréviations

  • HE = Huile Essentielle
  • HV = Huile Végétale ou macérât huileux

Equivalences

Pour un bon dosage des huiles essentielles Revelessence :

  • 1 ml = 15 gouttes environ
  • 1 goutte = 45 mg environ

Les propriétés, indications et utilisations indiquées sur notre site sont extraites d’ouvrages scientifiques de référence et d’auteurs reconnus: elles ne constituent pas une information médicale et ne sauraient engager notre responsabilité.